Tout est politique. La réforme des institutions, “c’est du populisme light”, estime le sénateur PS Rachid Temal

Source : internet

 

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé, mercredi 4 avril, à Matignon, les réformes du gouvernement sur les institutions. Parmi les annonces importantes : la réduction de 30% des députés et sénateurs, l’instauration d’une dose de proportionnelle à 15% aux élections législatives, mais aussi la limitation du cumul des mandats pour les parlementaires et les présidents d’exécutif locaux.

L’extrait

franceinfo : Rachid Temal, vous êtes l’un des sénateurs du Parti socialiste : avec moins de députés et moins de sénateurs, est-ce qu’on fabrique la loi de la même façon ? 

Rachid Temal : Aujourd’hui, est-ce que ça amène des choses supplémentaires ? La réponse est non. Si on veut améliorer la constitution, la faire vivre comme elle a toujours vécu depuis 1958 : banco, mais allons jusqu’au bout des débats ! Comment est-ce que les Françaises et les Français participent à la co-construction de la loi ? Moi, ça m’intéresse ça. Parce que, là, c’est très sympa, c’est du populisme “light”. Parce que pourquoi seulement 30 % de réduction des parlementaires ? Pourquoi pas 25, pourquoi pas 40 ? J’aimerais entendre la réponse. Pourquoi seulement 15 % de proportionnelle ? J’aimerais entendre la réponse. Quelles que soient les réponses à ces deux questions, est-ce que celles et ceux qui nous regardent ou qui nous écoutent vont se dire : “Tiens, pendant tout un quinquennat, je vais participer à la construction des décisions” ? La réponse est non.

Les invités

Rachid Temal : sénateur socialiste du Val-d’Oise et coordinateur national du Parti socialiste

Sophie Auconie : députée centriste d’Indre-et-Loire et porte-parole de l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI)

Saïd Ahamada : député La République en marche de Marseille

Source :

francetvinfo

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


17 − 2 =