Darmanin assure, “les yeux dans les yeux”, n’avoir “jamais abusé d’aucune femme” ni de son “pouvoir”

Source : europe1

 

C’est ce qu’a affirmé lundi le ministre des Comptes publics dans un entretien accordé à RMC/BMFTV.

Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, qui a fait l’objet récemment de deux plaintes, dont une classée sans suite, a assuré lundi, “les yeux dans les yeux”, qu’il n’avait “jamais abusé d’aucune femme” ni de son “pouvoir”.

“Je vais vous dire quelque chose les yeux dans les yeux : je crois que dans le monde dans lequel nous vivons, il faut savoir se tenir droit et faire son travail. Moi je fais mon travail. Je n’ai jamais abusé d’aucune femme et je n’ai jamais abusé de mon pouvoir”, a-t-il assuré sur RMC/BFMTV, reprenant l’expression de l’ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac qui avait assuré “les yeux dans les yeux” ne pas avoir de compte caché.

Rappel de la présomption d’innocence. Gérald Darmanin a jugé “très bien” que la parole des femmes se libère mais “aussi que l’on respecte la présomption d’innocence”. L’enquête sur des accusations de viol visant Gérald Darmanin a été classée sans suite vendredi par le parquet de Paris, après l’avoir déjà été une première fois en juillet. Il doit cependant encore affronter une enquête pour “abus de faiblesse” déposée par une habitante de Tourcoing.

“J’irai au bout de ma plainte”. Interrogé pour savoir s’il était soulagé de ce classement sans suite dans le premier dossier, il a remarqué qu’il n’avait “pas fait de commentaire pendant l’enquête préliminaire” et qu’il n’en ferait pas plus une fois la plainte classée sans suite. “J’irai au bout de ma plainte pour dénonciation calomnieuse déposée depuis juillet dernier”, a-t-il toutefois assuré.

Il ne pense pas à démissionner. “Pour la seconde affaire, je n’ai pas été entendu par la justice, je suis à sa disposition”, a-t-il dit. “Ma grand-mère disait que j’étais tranquille comme Baptiste quand j’étais petit. Eh bien je suis tranquille comme Baptiste”, a-t-il assuré. Disant ne pas savoir qui l’accuse ni de quoi on l’accuse, il n’a pas voulu commenter plus avant. A-t-il un jour pensé à démissionner ? “Non”, a-t-il assuré.

Source :

europe1

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


9 − 5 =