Afrique du Sud : l’ANC choisit son nouveau chef en vue des élections générales

Source : france24

 

Le Congrès national africain (ANC), se réunit à partir de samedi pour élire son nouveau chef en remplacement de Jacob Zuma. À deux ans d’élections générales qui s’annoncent délicates, le parti est en perte de vitesse.

Qui saura porter les couleurs de l’ANC lors des prochaines élections générales, dans deux ans, en Afrique du Sud ? Le Congrès national africain (ANC), se réunit à partir de samedi 16 décembre pour élire son nouveau chef en remplacement du très controversé Jacob Zuma.

Le vainqueur de cette course, qui se résume à un duel serré entre l’actuel vice-président Cyril Ramaphosa et l’ex-épouse du chef de l’État, Nkosazana Dlamini Zuma, se retrouvera en bonne position pour devenir le prochain chef de l’État en 2019.

L’ANC domine la vie politique sud-africaine depuis l’élection de Nelson Mandela en 1994, concrétisant la fin officielle du régime d’apartheid qu’il a combattu. Mais il est aujourd’hui profondément divisé et en perte de vitesse, affaibli par un taux de chômage record à 27,7 % et les multiples accusations de corruption qui visent Jacob Zuma.

“On a perdu notre rôle de meneur de la société” sud-africaine, a déploré Cyril Ramaphosa juste avant l’ouverture de la conférence, prévue jusqu’à mercredi à Johannesburg.

“Marionnette” de Zuma ?

Cet ancien syndicaliste de 65 ans, reconverti en richissime homme d’affaires, est soutenu par l’aile modérée du parti et très apprécié des marchés.

Lors de sa campagne, il a dénoncé la corruption du clan Zuma. Ses détracteurs n’ont pas manqué de lui reprocher de ne pas avoir pris ses distances plus tôt avec le président.

Sa principale concurrente, Nkosazana Dlamini Zuma, 68 ans, ancienne ministre et patronne de l’Union africaine (UA), insiste sur la “transformation radicale de l’économie” au profit de la majorité noire. Un thème cher à Jacob Zuma.

Elle a toutefois du mal à ne pas apparaître comme une “marionnette” de son “ex”, selon Ben Payton, chercheur à Risk Brief. Ses critiques la soupçonnent d’avoir promis l’immunité judiciaire à Jacob Zuma, le père de ses quatre enfants.

Source :

france24

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


15 − 5 =