Coupe du monde 2018 : le Brésil tenu en échec par la Suisse

La Seleçao d’un Neymar discret n’est pas parvenue à prendre le meilleur sur une « Nati » accrocheuse, dimanche (1-1).

Brazil's Neymar lies on the ground during the group E match between Brazil and Switzerland at the 2018 soccer World Cup

 

L’entame de cette Coupe du monde 2018 ne réussit décidément pas aux « grosses » équipes. Après la défaite de l’Allemagne, championne du monde en titre, face au Mexique (0-1), le Brésil s’est montré incapable de prendre le dessus, dimanche 17 juin, sur la Suisse. En dépit d’une première mi-temps largement maîtrisée, les joueurs de Tite se sont fait rejoindre par la « Nati », qui a eu le mérite de ne rien lâcher, soutenue par son gardien, Sommer, en grande forme (1-1).

Face à une Seleçao candidate déclarée à la victoire finale, la Suisse avait annoncé qu’elle ne céderait pas facilement. Les coéquipiers de Valon Behrami, qui participait à sa quatrième phase finale de suite, une première pour un Suisse, ont même su inverser la tendance, après avoir manqué de prendre l’eau au cours de la première période. D’une justesse technique impressionnante, les Brésiliens entamaient la rencontre tambour battant. De retour après quatre mois de blessure, Neymar tentait de mobiliser ses partenaires pour entamer la compétition de la meilleure des façons.

Et sur une merveille de reprise de Philippe Coutinho, récupérant une balle mal renvoyée par la défense helvète, le Brésil ouvrait la marque au bout d’une vingtaine de minutes de jeu (1-0). Et enchaînait les déferlantes vers les cages de Sommer, poussant la « Nati » dans ses derniers retranchements.

Neymar à court de forme

Au retour des vestiaires, les hommes de Vladimir Petkovic reprenaient du poil de la bête, au fur et à mesure que la Seleçao se mettait à ronronner. Mieux organisée et se projetant vers l’avant, la « Nati » égalisait à la 50eminute. Sur le seul corner suisse de la seconde période, Zuber s’élevait au-dessus de la défense brésilienne – qui criait à la faute, Miranda ayant reçu un coup de coude – et trompait Allison (1-1).

La fin de la partie fut à sens unique, mais les nombreuses tentatives brésiliennes échouaient sur les gants d’un Sommer imperturbable. Comme la plupart des nations candidates à la victoire finale – à l’exception notable de la France –, le Brésil entame son Mondial par une contre-performance. Si, mathématiquement parlant, le match nul de dimanche ne condamne en rien la Seleçao, il montre le long chemin que doit encore parcourir le pays avant de postuler au titre suprême. Il en va de même en ce qui concerne Neymar, à court de forme pour son retour de blessure, et qui devra proposer beaucoup plus pour permettre au Brésil d’oublier le traumatisme de 2014 (et la défaite 7-1 à domicile en demi-finale face à l’Allemagne).

Vainqueure du Costa-Rica en début d’après-midi (1-0), la Serbie prend seule la tête du groupe E au terme de la première journée.

Source :

Le monde

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


ten + 19 =