Steve Bannon au congrès du FN à Lille samedi

Source : europe1

 

L’ancien conseiller de Donald Trump montera sur scène et prendra la parole devant le congrès du Front national, samedi, à Lille.

L’ ancien influent conseiller du président américain Donald Trump, Steve Bannon, s’exprimera en personne samedi devant le congrès du Front national à Lille, où il rencontrera la présidente du FN Marine Le Pen, a annoncé vendredi soir Louis Aliot, vice-président du parti.

“Bienvenue à Steve Bannon qui vient s’adresser au FN demain à notre congrès et rencontrer Marine Le Pen. Les peuples se réveillent et reprennent leur destin en main”, a écrit Louis Aliot dans un tweet, aussitôt retweeté par Marine Le Pen.

Bannon incarne “le rejet de l’establishment”. Steve Bannon “incarne le rejet de l’establishment, dont l’un des pires symboles est l’UE de Bruxelles. Il a compris comme Trump, Matteo Salvini (chef de la Ligue italienne, alliée du FN, ndlr), la volonté des peuples de reprendre leur destin”, a ajouté le député des Pyrénées-orientales dans un autre tweet.

Ancien président du site d’extrême droite Breitbart News, Steve Bannon a connu au plus près l’ascension de Donald Trump. Il a dirigé sa campagne dans la dernière ligne droite puis a été son conseiller durant les sept premiers mois de sa présidence.

Des analyses similaires “sur un grand nombre de thématiques”. Louis Aliot avait déjà affirmé sur le site du mensuel L’Incorrect, fondé par des partisans de l’ancienne députée FN du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen, avoir rencontré Steve Bannon en décembre et partager avec lui plusieurs analyses, notamment sur les médias. “Leurs analyses sont les mêmes que les nôtres sur un grand nombre de thématiques. Notamment sur la nécessaire résistance médiatique à organiser partout, y compris chez nous en Europe et en France. Trump a réussi à gagner contre ce système médiatique. C’est là sa réussite extraordinaire”, avait affirmé le dirigeant frontiste, qui est aussi le compagnon de Marine Le Pen.

Sur les médias, Steve Bannon avait déclaré en janvier 2017 qu’ils étaient “le parti d’opposition” et qu’ils devraient “se taire”.

Source :

europe1

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


20 − eleven =