Sécurité, lutte contre le chômage, Fillon fait ses promesses à l’Outre mer

 

François Fillon a dit mercredi soir comprendre le “ras-le-bol” des Guyanais, promettant en cas de victoire des moyens accrus pour la sécurité Outre-mer, de lutter contre l’immigration clandestine ou de combattre le chômage en aidant davantage les entreprises.

Devant environ 300 personnes venues des Outre mer réunies à son QG de campagne parisien (XVe arrondissement), le candidat de la droite a affirmé qu’il agirait « immédiatement pour les Outre mer » en cas de victoire.

Sécurité

« Les Guyanais expriment fortement leur ras le bol »« je les comprends », a-t-il affirmé au lendemain de manifestations massives, promettant d’envoyer « dès l’élection » le ministre concerné dans ce département ultra-marin, miné par le chômage et l’insécurité et paralysé depuis une semaine par des protestations multiformes.

L’ancien Premier ministre a également promis pour tous les Outre mer « des moyens supplémentaires pour les forces de sécurité et pour la police » ainsi que « des places de prison supplémentaires », afin de « garantir la sécurité pour tous ».

Lire aussi. Les ministres Fekl et Bareigts sont arrivés en Guyane

Le candidat LR a également affiché l’objectif de « refaire de la lutte contre l’immigration clandestine une priorité, à Mayotte et en Guyane notamment où la situation est critique », indiquant que « l’accès à la nationalité y sera conditionné par le séjour régulier des parents ».

Chômage

« L’urgence ensuite, c’est de s’attaquer à ce mal endémique qu’est le chômage, notamment des jeunes. Et je ne connais qu’une seule solution : donner les moyens aux entreprises ultramarines de créer davantage d’emplois », a insisté M. Fillon.

Il a ainsi défendu « une stabilité des aides de l’Etat sur 10 ans et la création d’un statut« entreprise franche outre-mer », pouvant aller pour les secteurs les plus exposés à la concurrence jusqu’à une exonération totale de droits et taxes ».

Cet ex-locataire de Matignon s’est également engagé à « un plan massif de lutte contre l’illettrisme » dans les Outrer mer s’il était élu, ainsi qu’à « des mesures supplémentaires pour l’insertion des jeunes en difficulté ».

  1. Fillon a dit également qu’il souhaitait« soutenir une affirmation constructive de l’histoire des Outre-mer qui consolide le vivre ensemble et qui valorise la mémoire des victimes de l’esclavage ».

Evoquant la Nouvelle Calédonie, il a répété qu’il souhaitait son « maintien dans la France », mais veut  « préparer le scrutin de 2018 en organisant, juste après l’élection présidentielle, des “Etats généraux de l’avenir” dont les habitants seront directement les acteurs pour imaginer ensemble la Nouvelle-Calédonie de demain»

Lire aussi. Fillon. Les Outre-mer épargnés concernant les fonctionnaires ?

 

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


five × three =