Législative partielle : la fin de l’état de grâce pour LREM ?

Source : europe1

 

L’invalidation par le Conseil constitutionnel des scrutins de juin a obligé à rejouer les élections législatives dans les premières circonscriptions du Territoire de Belfort et du Val-d’Oise.

La participation a été famélique mais les scores ne sont pas sans enseignement. Deux élections législatives partielles se sont tenues dimanche, dans le Territoire de Belfort et la première circonscription du Val-d’Oise. Un vote qui marque semble-t-il la fin de l’état de grâce pour La République en Marche! et ses alliés, mais surtout le réveil de la droite.

La majorité marque le pas. À Belfort, le candidat MoDem, Christophe Grudler, soutenu par la majorité gouvernementale, perd cinq points par rapport à juin, quand, dans le Val-d’Oise la candidate d’Emmanuel Macron, bien que favorite pour conserver son siège, recule de sept points en quelques mois.

L’extrême droite s’effondre. Le FN semble subir localement les conséquences des difficultés qu’il connait au niveau national : son score a fondu de cinq points dans le Val-d’Oise et de dix à Belfort. Sophie Montel, la candidate des Patriotes du dissident Florian Philippot rate de loin la marche : elle ne dépasse pas les 2%.

Le retour de la droite républicaine. Les Républicains semblent de leur côté retrouver quelques couleurs ; à chaque fois le candidat de la droite améliore son score. LR devrait ainsi conserver son siège à Belfort et espère encore jouer les trouble-fêtes dans le Val-d’Oise dimanche prochain pour le second tour.

Le PS toujours à terre. Le Parti socialiste, enfin, va toujours aussi mal. Avec moins de 7% des suffrages exprimés dans le Val-d’Oise, et une quasi disparition à Belfort où ils plafonnent à 2,6%.

Source :

europe1

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


fifteen − twelve =