Entre le Crif et Macron, une année (presque) “sans fausse note”

Source : europe1

 

Le président sera mercredi soir au dîner du Conseil représentatif des institutions Juives de France. Une institution avec laquelle les rapports sont cordiaux, en dépit d’un accrochage sur Jérusalem.

C’est une tradition bien ancrée : chaque année, à la fin de l’hiver, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) invite de nombreux responsables politiques à son dîner annuel. Et le président de la République, toujours convié, délivre un discours très attendu. Mercredi soir, pour l’édition 2018, Emmanuel Macron prendra donc la parole pour la première fois de son quinquennat. Dans une ambiance qui devrait lui être favorable, tant le chef de l’État a donné des gages aux représentants de la communauté juive depuis un an.

“Compréhension des attentes de la communauté juive”. “Quand on prend du recul sur un an de Macron, on peut voir deux moments forts”, se souvient Yonathan Arfi, vice-président du Crif. “D’abord, le fait qu’il se soit rendu au mémorial de la Shoah entre les deux tours.” Le 30 avril, celui qui n’était encore que candidat face à Marine Le Pen s’était déplacé dans le musée où il avait notamment regardé des documents attestant de la responsabilité de la France dans la rafle du Vel d’Hiv. Tout un symbole, alors que son adversaire frontiste avait contesté ce point avant le premier tour. “Bien sûr, c’était dans le cadre d’un duel avec le FN”, poursuit Yonathan Arfi. “Mais cela a aussi témoigné d’une compréhension des attentes de la communauté juive et la confirmation qu’il faisait de la question de l’antisémitisme une question républicaine.”

“Dans les pas de Chirac” sur le Vel d’Hiv. La deuxième fois qu’Emmanuel Macron a été juste, aux yeux du Crif, était précisément le 16 juillet 2017, pour commémorer les 75 ans de la rafle du Vel d’Hiv. “Oui, je le redis ici, c’est bien la France qui organisa la rafle puis la déportation et donc, pour presque tous, la mort des 13.152 personnes de confession juive arrachées les 16 et 17 juillet à leur domicile”, a lancé le président. “Pas un seul Allemand.” Pour Yonathan Arfi, ce discours “pas uniquement mémoriel” a inscrit Emmanuel Macron “dans les pas de Jacques Chirac”, premier chef d’État français à avoir publiquement reconnu la responsabilité de la France dans ce drame.

Avec Macron, il n’y a pour ainsi dire pas de fausse note sur le rapport aux questions juives.

L’affaire Sarah Halimi. Surtout, le président de la République a abordé frontalement l’affaire Sarah Halimi, du nom de cette femme juive tuée en avril à Paris. À l’époque, la qualification antisémite du crime n’avait pas été retenue (cela a finalement été le cas la semaine dernière). “La justice doit faire désormais toute la clarté sur la mort de Sarah Halimi”, a martelé Emmanuel Macron. “Il y a eu des mots très forts de sa part sur l’antisémitisme, y compris dans ses formes les plus virulentes et récentes”, se félicite Yonathan Arfi. “Au début des années 2000, il y avait beaucoup d’incompréhension de la part des pouvoirs publics là-dessus. Désormais, ce n’est plus le cas. Et avec Macron, il n’y a pour ainsi dire pas de fausse note sur le rapport aux questions juives.”

Crispation sur Jérusalem. Emmanuel Macron aurait-il donc réalisé un sans-faute depuis le début de son quinquennat ? Un épisode a pourtant semblé tendre les relations avec le Crif. En décembre dernier, lorsque Donald Trump a reconnu Jérusalem comme la capitale d’Israël, le Conseil représentatif des institutions juives de France avait demandé à Emmanuel Macron de faire de même. Au même moment, le président qualifiait le choix de son homologue américain de”regrettable”. Et se disait, en privé, “surpris” de la réaction si tranchée du Crif, qui a d’ailleurs crispé jusqu’au sein de la communauté juive.

Mais même ce “désaccord” n’a pas assombri les relations du président avec le Crif, assure Yonathan Arfi. “C’était attendu, Emmanuel Macron a gardé la même position que celle de ses prédécesseurs. L’épisode était clos en trois jours et n’a pas altéré le travail entrepris avec le gouvernement par la suite.” Par ailleurs, le fait qu’Emmanuel Macron n’adopte pas de position plus ferme vis-à-vis d’Israël a contribué à faire redescendre une éventuelle tension. “Le président a toujours distingué les désaccords politiques avec Israël et les relations bilatérales sur d’autres champs, culturels, économiques ou scientifiques”, souligne Yonathan Arfi. Toutes les conditions sont donc réunies pour que le chef de l’État soit chaleureusement accueilli mercredi au dîner du Crif.

Source :

europe1

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


ten + 19 =