En Angola, la possibilité d’une nouvelle politique

Source : la-croix

 

A l’occasion de la visite officielle ce 1er mars de Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, en Angola, Clément Boursin, responsable Afrique, de l’ACAT, appelle la France à encourager le président Lourenço dans des réformes profondes.

Le nouveau président angolais João Lourenço – au pouvoir depuis septembre 2017 – montre des signes de changement par rapport à José Eduardo dos Santos, dont le règne de 38 ans a été marqué par la guerre civile, une corruption galopante et une restriction des libertés fondamentales contre ceux qui contestaient publiquement son pouvoir. Le nouveau président angolais souhaite lutter contre la corruption et a déjà commencé à retirer des postes clés de l’administration et des entreprises publiques les enfants de l’ex-président et leurs alliés. Un changement à la tête du régime s’opère. La question est maintenant de savoir si le président Lourenço est également sensible au sujet des libertés fondamentales.

Début janvier 2018, l’Église catholique s’est réjouie de l’autorisation pour radio Ecclesia de diffuser sur l’ensemble du territoire national. Cette radio catholique, connue pour sa liberté de parole, était auparavant limitée à Luanda.

Aujourd’hui, avec de nouvelles autorités au pouvoir, les Angolais espèrent un réel changement de politique et attendent une amélioration de leurs conditions de vie, un partage plus équitable des richesses et le respect des libertés fondamentales et pas simplement que les cartes soient rabattues en faveur d’un nouveau clan au pouvoir.

Il y a aujourd’hui, la possibilité en Angola d’avoir une nouvelle politique qui mette le bien-être des Angolais au centre des priorités de l’État et pourquoi pas au centre de la relation Angola-France en construction.

La France et l’Angola veulent en effet nouer un partenariat solide dans divers secteurs de coopération. Dans cette optique, le ministre français des Affaires étrangères se rend à Luanda le 1er mars 2018 afin de préparer la venue du président angolais en France dans les mois à venir.

Si la France veut s’inscrire dans un partenariat solide avec l’Angola sur le long terme, la France devra encourager et soutenir le président Lourenço dans des réformes profondes afin de faire en sorte que le développement soit bénéfique à tous les Angolais et que leurs libertés fondamentales soient de nouveau garanties et respectées, ce qui était loin d’être le cas sous le régime dos Santos.

Le président João Lourenço devra également mettre définitivement un terme aux violences d’État et écarter des forces de défense et de sécurité les responsables d’exactions passées et rendre justice aux victimes. L’un des premiers gestes symboliques pourrait être la dissolution du Service d’enquête criminelle de la police, responsable d’une centaine d’exécutions sommaires (1) et l’ouverture d’une enquête sur le massacre de centaines de membres de l’église évangélique « Luz do Mundo » à São Pedro Sumé il y a bientôt trois ans (2) .

Source :

la-croix

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


5 × five =