Tarifs douaniers : l’escalade entre la Chine et les Etats-Unis

Les deux pays s'appliqueront mutuellement des surtaxes de 25 % sur plusieurs centaines de produits à compter du 6 juillet prochain.

« Ma formidable relation avec le président Xi de Chine et la relation de notre pays avec la Chine sont importantes pour moi. Cependant, le commerce entre nos nations est très inéquitable, depuis très longtemps », a déclaré Donald Trump. - AFP

 

Les tensions latentes qui planaient depuis des mois sur les négociations commerciales entre les deux plus grandes économies du monde ont subitement culminé vendredi. Dans un contexte commercial déjà fébrile, Washington et Pekin se sont lancés, à tour de rôle, dans une surenchère d’annonces de tarifs douaniers à l’issue incertaine.

Donald Trump, qui menaçait depuis le début d’année de fermer ses frontières aux importations chinoises, est finalement passé à l’acte en confirmant vendredi l’application d’une première vague de surtaxes de 25 % frappant 50 milliards de dollars de marchandises, soit quelque 1.102 produits. Quelques heures plus tard, Pékin a répliqué avec des surtaxes équivalentes sur 659 produits américains.

«  Ma formidable relation avec le président Xi de Chine et la relation de notre pays avec la Chine sont importantes pour moi, a déclaré Donald Trump vendredi. Cependant, le commerce entre nos nations est très inéquitable, depuis très longtemps ». « Les points conclus de part et d’autre lors des précédentes négociations sont désormais caducs », a résumé le ministère du commerce chinois. Pékin parle désormais ouvertement de « guerre commerciale » et appelle les autres pays à « une action collective » contre les Etats-Unis.

1.102 biens chinois visés

Les mesures sont parfaitement symétriques : les surtaxes s’appliqueront en deux temps, avec une première étape au 6 juillet prochain. A cette date, l’équivalent de 34 milliards de dollars de marchandises chinoises seront surtaxées aux Etats-Unis, tandis que 545 produits américains, agricoles notamment, seront eux aussi sanctionnés côté chinois. Une seconde vague, encore à l’étude, pourrait ensuite entrer en vigueur de part et d’autre.

Cela faisait des mois que l’affrontement couvait.  Dès le mois d’avril , Trump avait menacé de taxer 50 milliards de dollars d’importations chinoises, brandissant ce scénario comme un outil de négociation. Le bureau du représentant au commerce a même publié dans la foulée une liste des 1.102 biens chinois visés, ouverte à consultation.

Mais malgré de nombreuses tentatives de négociations bilatérales,  aucun accord d’ampleur n’a pu être trouvé . Donald Trump, hésitant jusqu’au bout à appliquer ces sanctions du fait du rôle joué par la Chine dans le dossier nord-coréen, a finalement tranché jeudi soir.

Des industries stratégiques en Chine ciblées

Les biens taxés sont loin d’être symboliques. Washington a pris soin de cibler des industries stratégiques pour la Chine, comme l’aérospatial, la technologie (semi-conducteurs) et la robotique, le secteur des communications, ou encore l’automobile, par ailleurs presque toutes mentionnées dans son plan stratégique « Made in China 2025 ».

La liste n’inclut toutefois pas de produits de consommation courante comme les téléphones portables ou les téléviseurs, afin de ne pas pénaliser les consommateurs américains.

Robert Lighthizer le représentant au commerce a jugé les mesures « très modérées, très opportunes », et précisé que le département du Trésor annoncerait dans les deux semaines des restrictions sur les investissements chinois aux Etats-Unis en matière technologique. « Nous allons revoir la définition de ce qui constitue la sécurité nationale », a-t-il expliqué sur Fox Business News vendredi.

Trump a prévenu qu’il répondrait

Pékin, de son côté, a frappé au point le plus sensible pour Donald Trump, ciblant tout particulièrement les produits agricoles (soja, porc, poulet..) exportés par des Etats l’ayant soutenu massivement en 2016. L’énergie et l’automobile sont aussi sanctionnés.

Vendredi, Donald Trump a prévenu qu’il répondrait en retour aux mesures chinoises. Il évoque depuis plusieurs semaines  une enveloppe de sanctions portant sur un total de 100 milliards de dollars .

Les annonces n’ont pas inquiété outre mesure les élus du Congrès, dont plusieurs figures ont salué l’offensive de la Maison-blanche, y compris chez les démocrates. « La Chine est notre véritable ennemi commercial, qui menace des millions d’emplois américains par le vol de propriété intellectuelle et son traitement inéquitable des entreprises américaines », a ainsi déclaré le leader de l’opposition au Sénat Chuck Schumer.

Le républicain du Texas Kevin Brady s’est en revanche demandé si les surtaxes ne risquaient pas de pénaliser les produits fabriqués aux Etats-Unis en les exposant à des « mesures de rétorsion dévastatrices ».

Source :

Les echos

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


19 − fifteen =