La guerre en Syrie a fait plus de 350.000 morts en 7 ans

Image : Nouvelobs

 

Le chiffre donne le tournis. La guerre en Syrie a fait plus de 350.000 morts, selon un nouveau bilan fourni par l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) à trois jours du septième anniversaire du conflit.

“353.935 personnes ont été tuées depuis le 15 mars 2011”, a indiqué l’OSDH qui dispose d’un vaste réseau d’informateurs à travers la Syrie.

Dans cette guerre dévastatrice, les civils ont payé un lourd tribut et continuent de le faire notamment dans l’offensive que mène le régime depuis le 18 février sur l’enclave rebelle assiégée de la Ghouta orientale, en bordure de Damas.

Parmi les victimes de la guerre, figurent ainsi 106.390 civils dont 19.811 enfants, a précisé l’Observatoire.

Voici le bilan en détail des sept années de guerre, selon les chiffres de l’OSDH :

  • 106.390 civils, dont 19.811 enfants et 12.513 femmes ;
  • 63.820 soldats du régime ;
  • 58.130 membres des forces pro-régime (dont 1.630 du Hezbollah libanais et 7.686 d’autres groupes chiites étrangers) ;
  • 63.360 djihadistes et extrémistes islamistes (dont des membres du groupe Etat islamique et d’un groupe autrefois lié à Al-Qaida) ;
  • 62.039 combattants d’autres forces, notamment membres de groupes rebelles non djihadistes, des forces kurdes et des soldats de l’armée syrienne ayant fait défection ;
  • 196 personnes non identifiées dont les décès ont été répertoriés.

Les enfants victimes d’une “violence aveugle”

Si les civils paient un lourd tribut, les enfants sont quant à eux de plus en plus nombreux à périr en raison du conflit qui déchire la Syrie, a déploré ce lundi le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef). L’Unicef souligne ainsi, dans son rapport, une augmentation de 50% du nombre d’enfants tués en 2017 par rapport à l’année précédente.

“En 2017, la violence aveugle et extrême a tué le plus grand nombre jamais connu d’enfants, 50% de plus qu’en 2016”, affirme l’Unicef, ajoutant que 2018 s’annonce plus sombre encore.

Près de 200 enfants ont en effet été tués dans l’enclave rebelle de la Ghouta orientale depuis février dans des bombardements des forces du régime, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Les enfants représentent 20% des victimes civiles de cette offensive, selon l’OSDH.

Dans son rapport, l’Unicef cite notamment l’expérience traumatisante vécue par Sami, un enfant du sud de la Syrie aujourd’hui réfugié en Jordanie.

“Je suis sorti jouer dans la neige avec mes cousins. Une bombe est tombée. J’ai vu les mains de mon cousin s’envoler devant mes yeux. J’ai perdu mes deux jambes.”

Les enfants handicapés “font face au risque très réel d’être négligés et stigmatisés alors que le conflit se poursuit sans répit”, souligne le directeur régional de l’Unicef, Geert Cappelaere.

Selon l’Unicef, quelque 3,3 millions d’enfants sont exposés aux engins explosifs à travers le pays, tandis que des dizaines d’écoles ont été touchées en 2017 seulement.

Source :

Nouvelobs

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


four + 5 =