La France poursuit toute seule l’enquête sur la disparition du vol MH 370

A la demande de la justice, la France relance l’enquête sur la disparition de l'avion Malaysia Airlines,en 2014. Elle est le dernier pays à le faire

Un avion de la Malaysia Airlines sur le tarmac de l'aéroport de Kuala Lumpur

 

Le 8 mars 2014, le Boeing 777 ralliant Kuala-Lumpur (Malaisie) à Pékin (Chine), avec 239 personnes à bord  disparaissait des radars au dessus de l’océan indien. Depuis, l’appareil n’a jamais été retrouvé et ce qui a pu se passer cette nuit-là reste un mystère.  Parmi les voyageurs, quatre Français : Laurence Wattrelos, sa fille Ambre 14 ans, son fils Hadrien 17 ans, accompagné de sa petite amie franco-chinoise Yan.

La présence de victimes françaises dans le vol MH 370 autorise le pays à mener une enquête de son côté. Chose qu’a décidé de faire la France, alors que tous les autres pays concernés par cette mystérieuse disparition ont peu à peu renoncé. Selon une information du Parisien, la section de recherches de la gendarmerie des transports aériens, chargée de l’enquête par la justice, va poursuivre ses investigations, mais sous un angle qui permettrait de « remettre tout à plat ».

Vérifier un rapport imprécis et ambigu

Dans un premier temps, la section souhaite vérifier la véracité et l’authenticité des données techniques communiquées dans un très long rapport rendu par la Malaisie le 30 juillet dernier. Le rapport est en effet assez imprécis, ambigu et avance des théories sans preuves. La gendarmerie des transports aériens veut notamment récupérer les données du satellite de la société britannique Inmarsat, le dernier a avoir capté un signal de l’appareil.

Depuis sa disparition, le vol MH370 a alimenté bon nombre d’hypothèses et de théories du complot. Il faut dire, qu’en plus de 4 ans, aucune enquête n’a permis de lever le mystère, même pas celle du FBI, qui avait proposé son aide. Une seule certitude : entre 1h22 et 2h15 du matin, l’avion a volontairement viré de sa trajectoire, vers la gauche le dirigeant vers la frontière sensible entre la Thaïlande et la Malaisie, au lieu de Pékin.

Source :

20minutes

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


fourteen − twelve =