Le Quai d’Orsay visé dans l’affaire Lafarge

Source: Internet

 

L’ONG Sherpa demande l’audition de deux ambassadeurs et de Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères à l’époque où le cimentier, soupçonné d’avoir financé l’EI, opérait en Syrie.

L’onde de choc du scandale Lafarge en Syrie n’en finit pas de s’étendre. Le géant français du ciment, soupçonné d’avoir financé des organisations terroristes comme l’organisation Etat islamique (EI) et le Front Al-Nosra de 2012 à 2014 pour faire fonctionner son usine en Syrie, fait l’objet d’une enquête judiciaire en France à la suite de la plainte déposée par l’organisation non gouvernementale (ONG) Sherpa il y a un an. L’information judiciaire, ouverte en juin par le parquet de Paris, pourrait désormais incriminer la diplomatie française.

L’ONG Sherpa, qui s’est constituée partie civile afin de défendre les anciens salariés syriens de Lafarge, a demandé, mercredi 11 octobre, l’audition de deux ambassadeurs de France pour la Syrie et de l’ex-ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, qui préside désormais le Conseil constitutionnel.

« Faire toute la lumière »

A l’appui de cette « demande d’actes » de l’ONG, les auditions déjà réalisées de différents responsables de Lafarge par des policiers des douanes judiciaires. Ainsi Christian Herrault, directeur général adjoint de Lafarge de l’époque, a déclaré aux enquêteurs : « On allait voir, tous les six mois, l’ambassadeur de France pour la Syrie, et personne ne nous a dit : Maintenant, il faut que vous partiez.” Le gouvernement français nous incite fortement à rester, c’est quand même le plus gros investissement français en Syrie et c’est le drapeau français. »

Un conseil moralement peu recommandable, mais pas forcément pénalement répréhensible. « L’ambassadeur de France pour la Syrie » est alors en fait Eric Chevallier. Arrivé en 2009 à Damas, il a fermé la représentation diplomatique française – dont il était absent depuis novembre 2011 – en mars 2012 sur ordre de l’Elysée. Après l’élection de François Hollande et l’arrivée de Laurent Fabius au Quai d’Orsay, M. Chevallier est resté ambassadeur de France pour la Syrie, mais à Paris, jusqu’à l’été 2014. Franck Gellet lui a succédé à partir du 3 septembre de cette année.

Quelques jours plus tard, Frédéric Jolibois, le directeur de la filiale syrienne de Lafarge, était reçu à l’ambassade de France à Amman (Jordanie) pour y exposer la situation de l’usine. Selon le compte rendu de cette entrevue fait par les diplomates et que se sont procuré les enquêteurs, le responsable de Lafarge a nié tout versement « au PYD [Parti de l’union démocratique, groupe armé kurde] et à l’Etat islamique ». Un document qui pourrait blanchir le Quai d’Orsay. La plainte déposée par Sherpa vise, en effet, des faits de « financement de groupes terroristes ». Le 19 septembre 2014, l’usine fermait à la suite de l’assaut de l’EI.

Interrogé vendredi, le ministère des affaires étrangères a répondu : « L’enquête judiciaire en cours permettra de faire toute la lumière sur ces allégations. » Laurent Fabius, lui, n’a pas réagi.

Source :

Le Monde

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


nineteen − 1 =