France: la nouvelle double casquette de Christophe Castaner dérange

Source: Internet

 

Ce mercredi 16 novembre, c’était sans doute la dernière fois que Christophe Castaner effectuait le compte-rendu du Conseil des ministres. Lui qui sera normalement élu délégué général de La République en marche (LREM) ce samedi, à Lyon, va devoir rendre sa casquette de porte-parole du gouvernement, à la demande d’Emmanuel Macron. En revanche, il restera secrétaire d’Etat en charge des relations avec le Parlement. Un cumul des mandats qui fait réagir.

Devenir patron de La République en Marche tout en restant celui qui, au sein du gouvernement, doit faire le lien avec les parlementaires. Pour beaucoup dans l’opposition, cela relève du conflit d’intérêts.

« Je pense que c’est malsain. Cette confusion des gens montre qu’ils n’ont toujours pas compris quel était le fonctionnement de la démocratie dans notre pays », s’agace Sébastien Chenu, député du Front national.

Cela témoigne aussi d’une volonté de contrôler le Parlement qui nuirait à son fonctionnement, estime le député de gauche Olivier Falorni. « Il y a cette tentation hégémonique, jupitérienne, de pouvoir tout maîtriser, mais à l’Assemblée nationale même s’il y a une majorité aux ordres, il y a aussi des parlementaires qui sont libres, tout cela, ça me parait de la vieille politique politicienne, pour moi c’est une hérésie institutionnelle. »

Du côté de La République en Marche, certains montent au créneau pour défendre Christophe Castaner, comme la députée Aurore Bergé. Elle rappelle que le secrétaire d’État est l’un des membres fondateurs du parti et que cela n’a jamais posé de problème.

« Personne ne lui a jamais fait le reproche de dire qu’il avait un militantisme affiché qu’il était partisan, qu’il n’était pas loyal dans la manière avec laquelle il organisait justement le temps parlementaire. Et là, parce qu’il deviendrait délégué général, il changerait complètement de comportement et d’attitude ? Je pense que ce sont surtout les groupes d’oppositions qui changent de comportement et d’attitude à son égard. »

D’autres dans le camp du président sont moins à l’aise sur le sujet et se contentent d’invoquer la loyauté envers leur chef.

Quant aux Français, ils estiment à 70% que Christophe Castaner doit quitter le gouvernement s’il devient bien le nouveau patron de La République en marche après-demain. C’est ce qui ressort d’un sondage Elabe paru ce mercredi.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


five + 1 =