France: à Calais, Marine Le Pen accuse les migrants d’aggraver l’insécurité

 

En visite jeudi 2 novembre à Calais, la présidente du Front national, Marine Le Pen, a accusé le gouvernement d’étouffer une affaire de viol pour laquelle un Erythréen de 22 ans a été écroué. Marine Le Pen affirme que « ce type de crimes s’est multiplié ces derniers mois ». « Faux », répond la préfecture du Pas-de-Calais.

C’est de la « récupération politique », estime la maire de Calais, Natacha Bouchart. Jeudi 2 novembre, après une visite à huis-clos du commissariat de la ville, Marine Le Pen évoque le viol d’une jeune femme en début de semaine et la procédure en cours contre un migrant erythréen pour extrapoler.

« Je veux mettre la lumière sur la multiplication de ce type de crimes dans notre pays. Des crimes qui sont le fait de migrants, et qui manifestement, sont minimisés », lance-t-elle. L’occasion, pour la présidente du FN de rappeler qu’elle prône l’expulsion de tous les migrants.

Le problème, c’est que la réalité est beaucoup plus nuancée. S’il est vrai que des crimes et délits sont commis par les quelque 700 migrants encore présents à Calais,
dans un communiqué, la préfecture donne deux informations-clés qui contredisent les propos de Marine le Pen :

  • la délinquance générale a baissé de 11 % par rapport l’année dernière dans le département ;
  • la part des étrangers mis en cause est en nette diminution avec 13 % du total des mis en cause contre 26 % l’an dernier, soit deux fois moins.
Source :

RFI

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


twelve − 1 =