En France, l’état d’urgence s’achève sur un bilan mitigé

Source: Internet

 

C’est ce mardi 31 octobre qu’entre en vigueur en France la nouvelle loi antiterroriste promulguée lundi par Emmanuel Macron. Une loi censée prendre le relais de l’état d’urgence en vigueur depuis presque deux ans et les attentats du Bataclan et de Saint-Denis. C’était le 13 novembre 2015. La France aura donc vécu 23 mois sous état d’urgence. Un record.

Un an, 11 mois et 18 jours, prolongés à six reprises, depuis le 13 novembre 2015. C’est un état d’urgence record qui s’achève ce mardi à minuit, avec derrière lui un bilan mitigé.

L’une de ses principales dispositions, la perquisition administrative sans contrôle a priori d’un juge, a été très utilisée, 4 600 fois au total. Mais voilà, seulement un millier de ces perquisitions a conduit à l’ouverture d’une enquête judiciaire et parmi elles, seules 23 relèvent du terrorisme.

L’explication est simple : utilisées en cas de soupçon, elles ont plus concerné des apologies du terrorisme ou des consultations de sites jihadistes que des projets d’attentats. Les perquisitions ont tout de même alimenté le renseignement. Les saisies de matériel informatique ont par exemple permis d’identifier des réseaux.

Malgré cela, l’état d’urgence n’a pas empêché les tueries : Nice, le 14 juillet 2016 avec 86 victimes ; l’assassinat du père Hamel à Saint-Etienne du Rouvray ou encore le meurtre de deux policiers à Magnanville.

Les Français restent cependant attachés à l’état d’urgence face à une menace terroriste qu’ils considèrent toujours aussi élevée. Les trois quarts d’entre eux souhaitent son maintien voire son renforcement.

Source :

RFI

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


3 × four =