Des feux bicolores vont être installés pour réguler l’accès à la rocade

Des tests débuteront mardi 17 juillet, avant un déploiement du système prévu fin 2018

Rocade de Bordeaux à hauteur de Mérignac - Photo : Sebastien Ortola

 

Le président de la métropole Alain Juppé avait évoqué il y a quelques jours la mise en place de ce dispositif. Il vient d’être confirmé par la préfecture de la Gironde.

Des feux bicolores vont être installés sur 17 bretelles d’accès à la rocade, parmi 7 échangeurs (soit 60 % des bretelles de la rocade Est et Sud) : les échangeurs 16, 17, 18, 20, 24, 25 et 26. L’objectif est de réguler l’accès des véhicules à la rocade lorsque la densité du trafic augmente.

« Avec des arrêts de très courte durée sur la bretelle, les véhicules s’inséreront plus facilement, au goutte-à-goutte. Le dispositif empêchera l’insertion de pelotons de véhicules sur la voie de droite de la rocade, phénomène qui peut générer des changements de file et des ralentissements provoquant un début de congestion qui se propage et se durcit aux heures de pointe » explique la préfecture.

Si un bouchon se constitue, la régulation s’arrêtera

Le rythme des feux variera selon le trafic et selon la bretelle. Si un bouchon se constitue, la régulation s’arrêtera, empêchant que la bretelle soit saturée ou qu’un bouchon remonte sur la voirie urbaine.

A l’issue des tests qui débuteront mardi 17 juillet, une première phase entrera en service avant la fin du mois de juillet sur les trois bretelles d’entrées extérieures des échangeurs 24 et 25. Cette étape durera quatre mois et permettra de fiabiliser l’algorithme gérant les cycles de feux, avant un déploiement complet sur les autres bretelles fin 2018.

Expérimentations déjà menées à Paris, Nantes et Grenoble

« La régulation d’accès permet de fiabiliser les trajets dans l’agglomération et donc un gain de temps pour les usagers » assure la préfecture, qui s’appuie pour cela sur le retour d’expérience de différentes expérimentations déjà menées à Paris, Nantes et Grenoble, ainsi qu’à partir de modèles numériques de simulations.

Ce système aurait aussi des bénéfices sur l’émission de gaz polluants, et la sécurité des passagers.

Le montant des travaux est estimé à 1,5 million d’euros, cofinancés par l’Etat (40 %), Bordeaux Métropole (40 %) et le conseil départemental de la Gironde (20 %).

Source :

20minutes

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


16 − 9 =