Europe spatiale, la bombe incendiaire de Tom Enders

Dans un courrier adressé à Angela Merkel et Emmanuel Macron, Tom Enders attaque frontalement l'ESA et les agences spatiales nationales accusées d'être dépassées par le New Space. Il souhaite que l'industrie discute directement avec les Etats.

Le président d'Airbus Tom Enders "recommande vivement" dans un courrier adressé à Angela Merkel et Emmanuel Macron une initiative franco-allemande en vue de "définir en coopération avec l'industrie, une nouvelle vision spatiale, de nouveaux projets ambitieux et de nouvelles politiques pour l'Europe".

 

L’Europe spatiale semble au bord de l’implosion. En tout cas, les couteaux sont déjà sortis. Airbus a lancé les hostilités et essaie de faire exploser la vieille Europe spatiale, de plus en plus déchirée entre le groupe européen, qui veut le leadership, et les agences spatiales européennes accusées de rater le train du “New Space”. Le président exécutif d’Airbus, Tom Enders, a décidé d’employer les grands moyens pour ce coup de force. Il a donc sorti la “grosse Berta” en adressant un courrier le 25 mai dernier à Angela Merkel et Emmanuel Macron, dont La Tribune a eu connaissance. Des copies ont été envoyées à Edouard Philippe (Matignon), Bruno Le Maire (Economie et finances) et Frédérique Vidal, en charge de l’espace, en France et Peter Atlmaier (Economie) et Olaf Scholz (Finances) en Allemagne.

Dans ce courrier, qui aurait été reçu de façon extrêmement mitigée au plus haut niveau de l’Etat français, Tom Enders “recommande vivement” aux deux chefs d’Etat une initiative franco-allemande en vue de “définir en coopération avec l’industrie, une nouvelle vision spatiale, de nouveaux projets ambitieux et de nouvelles politiques pour l’Europe”. Car, selon lui, la France et l’Allemagne qui sont “les deux nations spatiales européennes prééminentes”, “doivent prendre les devants”. Il préconise notamment que“l’espace devrait aussi faire partie d’un Traité de l’Elysée renouvelé”. Le traité d’amitié franco-allemand, dit traité de l’Élysée, est un traité bilatéral entre la France et l’Allemagne signé au palais de l’Élysée le 22 janvier 1963 destiné à sceller la réconciliation entre les deux pays.

Airbus veut des discussions dans les prochains mois

Tom Enders pose cash les questions sur l’accès de l’Europe à l’espace : “l’Europe a-t-elle besoin d’un accès indépendant à l’espace dans l’avenir et, si oui, comment un tel accès, y compris pour les vols spatiaux habités, peut être garanti compte tenu de la forte pression des Etats Unis (Ndlr : SpaceX…) et des nouveaux acteurs(Ndlr, Inde, Chine)”. Et de continuer: comment la gouvernance spatiale et la coopération européennes peuvent être améliorées afin de stimuler l’innovation, la rapidité et le leadership de notre industrie?” Airbus se dit prêt à“discuter de ces questions et bien d’autres avec les ministères et les agences” en charge de la politique spatiale dans les prochains mois”.

“Nous comptons sur votre soutien à cette initiative, étant donné qu’assurer le leadership de l’ espace européen signifie également la maîtrise des technologies clés et des infrastructures qui protégeront l’Europe, la sauvegarde de son développement économique et l’emploi des salariés des prochaines générations”, a expliqué Tom Enders.

Pourquoi ce coup de force de Tom Enders? Pour concurrencer les Etats-Unis et les nouveaux entrants dans le domaine spatial, il estime que “l’industrie seule ne sera pas en mesure de réussir dans le nouvel environnement spatial. Un alignement étroit entre les gouvernements et une vision européenne claire pour les futurs projets spatiaux, ainsi que des politiques et des budgets en phase avec cette vision, sont d’une importance cruciale”.

Des agences spatiale au placard?

Très clairement, Tom Enders et Airbus veulent balayer l’Agence spatiale européenne (ESA) et les agences nationales accusées d’avoir une gouvernance et des processus de prise de décision “clairement insuffisants pour faire face à un environnement nouveau, très dynamique et qui change rapidement”. Il constate que la modernisation de la NASA au cours des dix dernières années “montre le chemin”. Tout comme Airbus qui a créé ArianeGroup avec Safran, participé au programme de constellation de satellites OneWeb et investi dans des start-ups en Europe et aux Etats-Unis, a rappelé Tom Enders.

Le président exécutif fustige également“les interventions politiques”, qui ralentissent d’après lui les processus de décision en exigeant avec “insistance”de la charge de travail dans leur pays selon le principe de retour géographique sur investissement. Principe dont a beaucoup profité l’Allemagne, notamment Airbus, ces dernières années. Un paradoxe qui ne fait pas peur à Tom Enders, qui attaque indirectement l’existence de OHB, qui a été renforcé par Berlin, et du lanceur Vega en Italie. La France, l’Allemagne et l’Angleterre… n’auraient pas vraiment apprécié cette sortie. Dans la foulée de ce courrier, le PDG d’ArianeGroup, Alain Charmeau regrettait dans une interview accordée à La Tribune d’attendre encore des commandes institutionnelles pour Ariane 6 pour la période 2021 et 2022.

Source :

LA tribune

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


eighteen − 5 =