Bridage des iPhone : plaintes aux Etats-Unis et en Israël contre Apple

Image : Nouvelobs

Confronté à des tests sur plusieurs milliers d’appareils, Apple a reconnu le 20 décembre limiter les performances de ses anciens modèles d’iPhone (iPhone 6, iPhone 6s et iPhone SE), dont les mises à jour ralentissent le temps de calcul.

De quoi l’accuser d’inciter ses clients à acheter de nouveaux appareils par une obsolescence programmée, ce à quoi Apple répond au contraire prolonger la durée de vie des smartphones en préservant leurs batteries.

Vers des plaintes collectives ?

Mais l’argument ne convainc pas tout le monde, et la firme fait maintenant l’objet de huit plaintes aux Etats-Unis, devant différentes juridictions, par des utilisateurs mécontents, rapporte Reuters.

Ces plaintes sont distinctes, mais elles pourraient se transformer en procédures collectives (les “class actions”) et aboutir à une demande d’indemnité pour des millions de clients.

Comment Apple, Samsung et Microsoft organisent l’obsolescence forcée

Les plaignants estiment qu’ils ont pu faire des manœuvres erronées en essayant d’améliorer le fonctionnement de leur appareil, du fait des modifications d’Apple.Un des plaignants est défendu par l’avocat Jeffrey Fazio, qui dans une autre affaire contre Apple en 2013 est parvenu à un accord à 53 millions de dollars – l’entreprise était poursuivie pour les garanties de ses iPhone.

Apple accusé de pousser à l’achat inutile

Parmi les motifs invoqués dans les plaintes déposées, il y a le fait que des clients peuvent avoir choisi d’acheter un nouveau smartphone, là où un simple changement de batterie aurait pu améliorer les performances de leur appareil.

En Israël, une plainte collective a été déposée par deux personnes à Tel-Aviv, a rapporté lundi 25 décembre le quotidien “Haaretz”.

Les avis des juristes interrogés par Reuters divergent, entre ceux qui voient dans l’affaire un cas d’obsolescence programmée pour lequel Apple pourrait être sanctionné, et ceux qui estiment que l’attitude de la firme envers ses produits vieillissants serait compréhensible. La suite va donc se régler devant les tribunaux.

Source :

Nouvelobs

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


two + 20 =