Sur un axe de Mélenchon à Le Pen, où se situent les revendications des « gilets jaunes » ?

Nous avons comparé point par point les principales revendications émises par des représentants ou des groupes de « gilets jaunes » aux propositions des principaux candidats à la présidentielle de 2017.

Photos : Le Figaro

 

Qui sont les « gilets jaunes » et que demandent-ils ? Difficile de répondre simplement, alors que le mouvement de protestation, d’abord centré sur les prix des carburants, a pris de l’ampleur et agrège un « ras-le-bol » plus général.
A l’issue d’une consultation en ligne, des représentants de « gilets jaunes » ont fait connaître, jeudi 29 novembre, aux médias et aux députés, un volet de 42 « directives du peuple », qui rassemblent des revendications sur le pouvoir d’achat, les impôts, mais aussi les services publics, l’immigration ou la réforme des institutions. Une semaine plus tôt, une autre liste de doléances assez similaire avait été établie selon la même méthode de consultation en ligne. Ces revendications ne sont pas « officielles », le mouvement étant caractérisé par son horizontalité.

Nous les avons compilées, avec d’autres demandes entendues lors des manifestations et des publications partagées sur les réseaux sociaux. Cet ensemble de revendications, non exhaustif, permet une première analyse des exigences des « gilets jaunes ».

Les propositions oscillent entre idées consensuelles – créer de l’emploi pour les chômeurs, reloger tous les sans-abri –, revendications sociales chiffrées – hausse du smic à 1 300 euros, retraite à 60 ans –, et mesures plus sectorielles – aide à la garde d’enfants, fin des commissions sur les cartes bleues…

Même si les « gilets jaunes « se méfient des partis et syndicats, leurs demandes résonnent fortement avec certains programmes politiques. Pour comprendre vers où « penche » le mouvement, nous avons comparé cette cinquantaine de doléances avec les propositions des candidats à la présidentielle de 2017. Pour une raison de lisibilité, seules les cinq personnalités arrivées en tête ont été retenues dans notre représentation graphique, même si les autres sont évoqués dans le détail des réponses.

Loin des programmes libéraux de MM. Fillon et Macron
Nous avons attribué deux points (représenté par un double liseré vert) à chaque fois qu’une proposition correspond parfaitement à un programme, et un point (liseré simple) lorsque l’idée s’en approche, même si la mise en œuvre est différente.

A l’issue de cette comparaison, les demandes des « gilets jaunes » s’avèrent :

très proches de la gauche radicale : les deux tiers sont compatibles avec le programme de Jean-Luc Mélenchon. Elles se rapprochent aussi du candidat socialiste Benoît Hamon, désormais chef de file de Génération.s. Les plus sociales, sur le smic et les retraites par exemple, sont directement inspirées des idées de Philippe Poutou ou Nathalie Arthaud ;

compatibles avec l’extrême droite : près de la moitié des propositions sont partagées par Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen, en particulier sur la défense des services de proximité (commerces, poste, école) ou la renationalisation des infrastructures (autoroutes, aéroports) ;

très éloignées des programmes libéraux d’Emmanuel Macron ou de François Fillon en 2017.

En replaçant les quarante-neuf propositions sur un axe allant de la gauche radicale à l’extrême droite, on visualise nettement cette alliance des radicalités.

Source :

Le Monde

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


19 − 8 =