Dans les coulisses d’un revirement: comment l’exécutif a cédé face aux «gilets jaunes»

Pour la première fois depuis son élection, Emmanuel Macron a reculé. De Buenos Aires aux salons de l'Élysée, Le Figaro raconte les trois jours qui ont fait basculer le quinquennat.

Photos : 0rg

 

Entre deux réunions avec les grands de ce monde, Emmanuel Macron consulte les images que ses collaborateurs lui montrent sur leurs portables. Paris noyé sous les bombes lacrymogènes. L’Arc de triomphe assiégé. Les avenues de la capitale mises à sac. La préfecture du Puy-en-Velay incendiée. Le président de la République participe au G20 à Buenos Aires en Argentine. À 11.000 km de là, la manifestation des «gilets jaunes» dégénère en émeutes urbaines d’une ampleur encore jamais vue. «Je ne suis pas fait pour diriger par temps calme. […] Je suis fait pour les tempêtes», assurait le président de la République il y a près d’un an. Il y est.

Pour celui qui a fait de la détermination sa marque de fabrique, c’est l’épreuve de force, peut-être même le moment clé de son quinquennat. Le défi qui lui est adressé par les «gilets jaunes» à Buenos Aires, via les écrans de smartphone, est simple: reculer sur la hausse des taxes sur le carburant ou plonger le pays dans le chaos. Face à cette crise …

Source :

Le Figaro

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


10 − two =