Ile-de-France : des soins dentaires ultramodernes à la Croix Rouge

Les cinq centres dentaires d’Île-de-France sont équipés de machines de prise d’empreinte optique.

Photo : LP

 

Leïla, 37 ans, est allongée sur le siège de dentiste dans le centre de santé de la Croix Rouge d’Antony. Cet après-midi, le docteur Truong examine sa patiente avec une machine innovante. En même temps qu’elle ausculte les dents de Leïla, cette dernière peut regarder grâce à un écran l’intérieur de sa bouche, le rendu d’une nouvelle couronne, en direct. Depuis un an, ce centre dentaire est doté d’une machine de prise d’empreinte optique, tout comme, depuis la fin du mois de septembre, les 4 autres centres d’Île-de-France (Meudon, Villeneuve-la-Garenne, Paris XXe et Paris 13e), le tout dernier en date étant Meudon.

La Croix-Rouge a ainsi opéré une transition numérique dentaire en s’associant à LYRA, spécialiste de l’intégration de solutions digitales dans les cabinets dentaires. Chaque centre est désormais équipé d’une machine qui est mise gratuitement à disposition, indique Laëtitia Berrar, directrice des centres de santé Croix-Rouge. Nous ne payons que les unités de production, c’est-à-dire, la fabrication des prothèses, des couronnes etc ».

Ces nouvelles machines permettent de ne plus utiliser de pâte à empreinte, elle scanne en 3D la bouche et les dents du patient. Ensuite plus de coursier non plus qui envoie la pâte au laboratoire et la prothèse au dentiste. Il suffit de quelques clics.

Le docteur Truong, dans son cabinet, identifie sur l’écran tactile la dent qui va devoir bénéficier d’une couronne. En quelques clics, elle a choisi la teinte qu’il lui faut, le matériel qu’elle souhaite, mais aussi la date de livraison, après qu’elle s’est mise d’accord avec sa patiente pour un prochain rendez-vous. « Désormais tout est virtuel nous n’avons plus besoin de modèle physique, s’enthousiasme la professionnelle de santé. Nous disposons désormais d’une technologie de pointe, même ma cousine qui a son cabinet privé ne peut s’offrir un matériel pareil. »

Du confort pour les dentistes, mais surtout pour les patients. « C’est un gain de temps pour eux car désormais ils n’ont plus besoin que de 2 rendez-vous au lieu de 3 ou 4, explique Laëtitia Berrar. Et le fait qu’ils puissent voir leurs dents apporte une dimension préventive. Ainsi les patients peuvent prendre conscience que des interventions sont nécessaires à certains endroits. »

Leïla a découvert la nouvelle machine il y a un an, et depuis, elle s’est fait poser 2 couronnes. « Là je vois tout et on m’explique exactement ce qu’il va se passer ce qui est très rassurant, indique la mère de famille qui vit à Palaiseau (Essonne). Souvent on pense que Croix-Rouge rime avec humanitaire ou misère, mais ce n’est pas du tout le cas. » Les centres de santé, conventionnés secteur 1, accueillent, en effet, tous les publics, y compris les bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU) ou de la CMU Complémentaire.

Exit également les couronnes en métal ou en or. Les centres dentaires ne travaillent plus qu’avec de la céramique. Un nouveau point fort pour la patiente. « Avant mes couronnes étaient très visibles, alors qu’avec les nouvelles on ne voit plus aucune différence. » La trentenaire, qui a 3 enfants et un petit budget mensuel, avoue également qu’il est plus facile pour elle de se rendre au centre de la Croix-Rouge. « Quand j’étais allée voir un cabinet privé, on m’avait fait un devis qui avoisinait les 300€ pour une couronne, se souvient Leïla. Ici je paye une centaine d’euros pour le même service en disposant de soins très modernes, alors je n’irai pas ailleurs. »

Des tarifs bas qui sont possibles grâce aux nouvelles technologies. « Cela nous permet d’accueillir plus de patients qu’avant avec la même équipe on peut donc, en faisant plus de volume maîtriser le prix de vente », précise la directrice, qui précise que les centres dentaires sont « ouverts à tous les publics et qu’on y pratique le tiers payant intégral ».

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


3 × two =