France : la croissance revue à la hausse en 2017

Source : lesechos

 

L’Insee estime désormais que le PIB a progressé de 2 % et non de 1,9 % comme annoncé fin janvier. Le ralentissement de la consommation, palpable dès le quatrième trimestre de 2017 se confirme en janvier.

La reprise de l’économie française en 2017 s’avère finalement plus soutenue que prévu. Et la croissance a été revue à la hausse de 0,1 point l’an passé, selon les derniers chiffres  que l’Insee publie ce mercredi.

A 2 %, la progression du PIB affiche désormais sa meilleure performance depuis six ans . Il faut en effet remonter à l’année 2011 pour trouver une hausse plus soutenue de 2,1 %.

Par rapport à la première estimation, publiée fin janvier, les composantes de la croissance du quatrième trimestre varient peu. Et l’Insee annonce toujours une hausse de 0,6 % sur les trois derniers mois de l’année.

La demande intérieure et le commerce extérieur sont les principaux moteurs de l’activité sur ce trimestre avec des contributions estimées respectivement à 0,5 et 0,6 point. Même constat pour la constitution de stocks par les entreprises, même si leur contribution a été légèrement révisée.

La consommation des ménages ralentit

Par contre, les ménages s’avèrent être un maillon faible de l’activité. Alors que l’Insee a indiqué mardi  une baisse importante de leur moral en février , le ralentissement de la consommation en fin d’année s’avère un peu plus fort que prévu.

Si elle reste dans le vert, la consommation des ménages s’avère nettement moins dynamique qu’au troisième trimestre, où elle avait progressé de 0,6 %. Désormais, l’Insee estime que celle-ci n’a augmenté que de 0,1 % au cours des derniers mois de l’année et non de 0,2 % comme annoncé lors de la publication de la première estimation du PIB.

Une tendance qui se trouve confirmée par ailleurs puisque selon d’autres chiffres publiés également ce mercredi matin par l’Insee les achats de biens manufacturés (près de la moitié de la consommation totale) ont baissé de 1,9 % en janvier, amplifiant leur repli de 1,2 % de décembre.

La demande intérieure, principal moteur de la croissance 2017

Sur l’ensemble de l’année 2017, les moteurs de la croissance s’avèrent un peu différents. Le rôle important de la demande intérieure finale se confirme puisqu’elle participe pour 1,9 point au PIB de l’année.

Mais, contrairement à ce qui s’est passé en fin d’année, ce sont les variations de stocks qui soutiennent le PIB (avec une contribution de 0,4 point) tandis que le commerce extérieur pèse et a coûté 0,3 point de croissance à l’économie française.

En dépit des à-coups de faiblesse de la consommation, l’Insee estime que la croissance de l’Hexagone devrait se poursuivre au cours des six premiers mois de l’année, même à un rythme légèrement moins soutenu. L’institut de statistique prévoit en effet une hausse du PIB de 0,5 %, puis de 0,4 %, aux premier et deuxième trimestres.

 

Source :

lesechos

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


five × two =